Une nouvelle étude du Burkina Faso confirme que les vaccins conjugués contre la typhoïde (Vi-TCV) sont sûrs, immunogènes et peuvent être co-administrés

To read the blog in English, click here.


“Nous sommes si heureux et très enthousiastes. Nous sommes très satisfaits que les Vi-TCVs puissent être administrés en toute sécurité et efficacement en même temps que les vaccinations de routine des enfants. Dans des pays comme le Burkina Faso, où la prévalence de la typhoïde est élevée, beaucoup d’enfants en souffrent chaque année”. Dr Sirima.

Les données relatives aux enfants vivant dans différentes parties du monde, basées sur les réponses individuelles (démographiques, âge et génétiques) aux vaccins  sont essentielles pour éclairer la prise de décision. Une nouvelle étude du Groupe de recherche action en santé (GRAS), récemment publiée dans l’International Journal of Infectious Diseases, montre que le Vi-TCV génère une forte réponse immunitaire – sans interférence – lorsqu’il est co-administré avec le vaccin conjugué méningococcique de groupe A (MCV-A) et le vaccin contre la rougeole et la rubéole, qui sont systématiquement administrés aux enfants de 15 mois au Burkina Faso dans le cadre du Programme élargi de vaccination. Avant cette étude, il n’existait que des données limitées sur la co-administration du Vi-TCV en provenance d’Asie. Ce sont les premières données provenant du continent Africain.

La co-administration est un élément essentiel de l’introduction du vaccin. Les nouveaux vaccins sont le plus souvent administrés lorsque les enfants reçoivent d’autres vaccins, ce qui permet de maximiser la couverture vaccinale et de s’assurer que le plus grand nombre possible d’enfants reçoivent le nouveau vaccin.

En 2017, l’Organisation Mondiale de la Santé a pré-qualifié le Vi-TCV et a identifié sa co-administration avec d’autres vaccins pour enfants – en particulier dans des endroits non encore étudiés – comme une priorité de recherche. Ces données permettent de faire progresser les politiques et les programmes de vaccination et de déterminer les âges auxquels les enfants sont les plus susceptibles de bénéficier de l’administration d’un vaccin. Jusqu’à présent, il n’existait pas de données en provenance de l’Afrique, où les enfants de moins de 15 ans sont touchés de manière disproportionnée par la typhoïde et où la mortalité est la plus élevée pour les enfants âgés de 1 à 4 ans.

L’équipe du GRAS

Notre étude fournit des données solides pour soutenir l’introduction du Vi-TCV en Afrique où les jeunes enfants sont fréquemment malades à cause de la typhoïde. Ces résultats aideront les responsables des politiques de santé dans leur prise de décision et soutiendront les candidatures adressées à Gavi, l’Alliance pour les Vaccins, en vue de l’introduction de vaccins spécifiques à chaque pays.